internet par satellite

L’Internet par satellite : Comment ça fonctionne ?

Tout savoir sur l’Internet par satellite

L’Internet par satellite est une bonne alternative si vous résidez dans une zone mal desservie par l’ADSL et les technologies permettant l’accès au très haut débit.
La rédac’ de Domos Kit vous en dit plus sur son fonctionnement, sur l’installation, son coût et ses particularités.

Internet
Pour remédier à ce genre de situation, il existe des abonnements à l’Internet par le satellite. Il ne suffit que d’une parabole reliée à un modem pour bénéficier d’un débit pouvant aller jusqu’à 22 Mb/s en réception et 6 Mb/s en émission.
Il est très important de se renseigner sur les particularités des abonnements à l’Internet par satellite avant de s’engager.

Le fonctionnement de l’Internet par satellite

Concernant l’Internet par satellite, les données envoyées et reçues par un utilisateur parcours d’importantes distances.

Par exemple, lorsqu’un client établie une recherche sur un moteur de recherche, cette information est premièrement transmise de son ordinateur vers son modem (qu’il s’agisse de la Wif-Fi ou d’un câble Ethernet). Le modem étant fixé sur la façade ou sur le toit du logement, permet la transmission de ce signal à un satellite géostationnaire en orbite à 36 000 kilomètres au-dessus de la Terre.

Aussitôt, le satellite transmet cette information vers un « Téléport« , c’est à dire un centre de réception basé sur la Terre de l’opérateur satellite. C’est cet outil relié à la fibre optique, qui permet la connexion au reste du réseau mondial.
Le résultat de la requête du client est ensuite retransmis au satellite, qui le renverra vers la parabole du client.
144 000, c’est le nombre de kilomètres que le signal aura effectué depuis le lancement de votre recherche, jusqu’à la réception du résultat, cela correspond à deux allers-retours entre la Terre et le satellite.

Pour permettre la transmission et la réception des informations, les satellites des opérateurs utilisent des bandes de fréquences « KU » ou « KA » pour les plus modernes (qui bénéficient d’un débit plus important).

Opérateurs, distributeurs : deux marchés

Contrairement au marché classique de l’Internet fixe, où les grands opérateurs (Orange, Numericable-SFR…) assurent l’intégralité de la prestation, l’Internet par satellite nécessite d’établir une distinction entre opérateurs et distributeurs.

Les opérateurs s’occupent de gérer la flotte de satellites et de fournir l’accès à Internet aux distributeurs.
Il n’existe que deux acteurs sur le marché français.

SES Astra

  • qui domine l’offre avec une cinquantaine de satellites actifs,
  • des satellites dédiés à la fourniture d’accès au web, la diffusion de chaînes de télévision et de radio,
  • cet acteur touche la France et une partie de l’Europe du Nord,
  • le satellite SES Astra de référence pour l’Internet haut débit est l’Astra 2F, qui utilise les fréquences KA.

Eutelsat Skylogic

  • fournit un service concurrent avec une trentaine de satellites actifs,
  • son satellite KA-SAT, mis en orbite à la fin de l’année 2010, gère pas moins de 82 faisceaux dans les fréquences KA,
  • cet acteur touche l’intégralité du continent européen, plusieurs zones du Maghreb et les émirats du Golfe.

Pour souscrire un forfait, les clients doivent s’adresser aux distributeurs, et pas directement aux opérateurs.
Les opérateurs vendent des accès à Internet en gros au distributeurs, qui les revendent sur le marché de détail aux internautes.

L’installation de l’Internet par satellite

La première étape est d’installer la parabole et de dérouler le câble coaxial jusqu’au modem.
Une fois assemblée, la parabole doit être fixée sur un mât, elle doit faire face à une zone dégagée de tout obstacle (arbres, toitures…) en direction de son satellite.

Vous pouvez également faire appel à un installateur professionnel.

Des forfaits limités en volume

Les offres d’Internet par satellite imposent un volume maximale de données par mois. En cas de hors-forfait, les distributeurs pratiques différentes politiques : certaines maintiendront un service à un débit réduit (inférieur à 1 mégabit/sec) alors que d’autres coupent complétement la connexion.

Il est donc important d’évaluer les besoins mensuels avant de s’engager pour une connexion à l’Internet par satellite.

Coût d’un abonnement à l’Internet par satellite

Le coût de ce type d’abonnement dépend du volume de données dont l’utilisateur a besoin.
Un forfait de base de 2 gigaoctets/mois est souvent commercialisé aux alentours de 20€/mois. Alors que les forfaits qui permettent un plus large volume de données autorisé (50 Go) peuvent atteindre 80€/mois.

A savoir, il faudra additionner au prix de l’abonnement celui du matériel. L’utilisateur peut louer l’équipement, ou bien l’acheter (prix compris entre 300 et 450€).

Les avantages vs. les désavantages

Un abonnement à l’Internet par satellite peut sauver de nombreux utilisateurs condamnés à un débit ADSL très faible. Ce type d’Internet peut également être utile aux ménages les moins biens orientés par rapport au satellite, en effet le débit descendant est de plus de 10 Mb/s, soit une performance dix fois supérieure aux débits terrestres constatés dans les zones les plus rurales.

L’installation est certes plus lourde et contraignante que celle d’une simple box ADSL, mais vous permet en contrepartie de vous passer entièrement d’une ligne téléphonique fixe si vous le souhaitez. Seules les – rares – formules proposant une connexion « unidirectionnelle » vers le satellite (en réception mais pas en émission) l’exigeront.

Le principal inconvénient d’une connexion par satellite, outre son coût élevé pour un usage intensif, est son temps de latence ou « ping » très important, c’est-à-dire le délai entre l’envoi d’une donnée depuis votre ordinateur et la réception de la réponse. Il s’élève en moyenne à 600 millisecondes, ce qui est environ dix fois plus long que le temps de latence d’une connexion terrestre : ceci est expliqué par la longue distance parcourue par le signal. Ce point reste un détail à peine perceptible pour la majorité des internautes, mais peut se révéler franchement gênant ou même désastreux pour certains usages, dont la messagerie instantanée et surtout les jeux en ligne.

Laisser un commentaire